samedi 8 mars 2014

Vivre ailleurs


Cela fait 4ans que je suis arrivée ici, dans cette grande ville. 

Dit comme ça, cela commence à faire.  Et pourtant dans ma tête, c'est toujours comme si c'était hier.

Quand nous sommes partis de notre sud natal, chéri d'amour et moi, jamais je n'aurais imaginé qu'il serait si dur pour moi de m'intégrer quelque part.

Parce que dans le sud, même si j'ai pas mal déménagé (5 fois en 6ans), j'ai toujours su trouver un groupe d'amis et partager avec eux des choses incroyables. Aujourd'hui, 300km nous séparent et je les vois toujours pour vivre avec eux, des bons moments dignes de repas de famille.

Demain, si je quittais Lyon, est ce que j'aurais des liens aussi incroyable avec certaines personnes? 

Très nostalgique de mes amis dans le sud, je suis pourtant arrivée pleine d'espoir ici. Une nouvelle vie professionnelle et amoureuse s'offrait à moi. Pourquoi le reste ne suivrait pas?

Au bout de 4ans, le constat est pourtant bel et bien celui là : certes j'ai eu des bonnes sorties, mais celles-ci furent bien trop rare. Certes,  j'ai rencontré des gens sympas, mais je me demande si demain je venais à déménager,  s'ils se souviendrairnt de moi.

Le froid et l'humidité du climat ont déteint sur les gens, bien trop stressés et peu souriant, peu avenant. J'ai essayé de m'y faire, de me convaincre que je saurais montrer aux gens combien je les aime et je peux partager, mais rien n'y fait.

Et les jours où le manque de sommeil, de soleil et la fatigue s'installent, une déprime me guette.

Et dans un coin de ma tête,  une seule et unique envie : celle de rentrer chez moi, dans le sud, où mes amis ne m'oublient pas et où je n'ai rien à prouver de plus.

Où je peux être moi même et acceptée comme la femme que je suis.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A bientôt