dimanche 29 juin 2014

Vieil amour, je t'enterre

Hier nous étions le 28 juin 2014. Le samedi 28 juin. Cette date pour moi représente un point clé de ma vie. Celle qui a changé qui j'étais, qui m'a transformé. Le point de départ vers un nouveau chemin de vie.

Et quand elle revient un samedi c'est encore pire. 

Il y a 6 ans, ce fameux samedi 28 juin, tu m'as embrassé pour la première fois. Tu m'as aimé pour la première fois. Tu m'as entraînée dans ta spirale de vie infernale. Je me suis oubliée une année. Une année pile. Puisque le 28 juin qui a suivi, tu m'as quitté.



Plusieurs fois hier, j'ai pensé à ce samedi il y a 6 ans. L'excitation de la préparation de la soirée de mes 20 ans, tous mes amis réunis et toi.

Ton arrivée, ce coup de foudre que j'ai eu pour toi. Ton sourire, ta voix. 
Puis je me suis aperçue qu'en fait, je ne me souvenais pas tant que ça de toi. 

Ton souvenir s'est effacé, mon cerveau a enfin fait "delete". Il était temps. Je n'ai pas eu mal de ne plus me souvenir de toi. Je n'ai pas pleuré. Oui, je t'ai oublié. Je t'ai enfin rayé de ma vie, enfin je n'ai plus de regrets. Et ça, ça m'apaise et me donne encore plus envie d'avancer

Hier, j'ai vu mon neveu de 2 ans, né un 28 juin. J'ai profité de lui, entourée de ses parents, de ses sœurs et d'un bon gâteau au chocolat. Pendant ce temps, je n'ai plus penser ni à toi, ni à ta femme, ni à ton bébé. Hier j'ai aussi aidé une amie dans le besoin, une amie qui justement a perdu son bébé. Je l'ai consolé, je lui ai raconté des conneries. Elle a rigolé au milieu de ses larmes, et moi ça m'a émue.



Pendant que je l'aidais, je n'ai plus penser à toi, ni à nos soi-disant amis, qui sont sortis aussi vite que toi de ma vie, quand tu es parti. Ces rapias qui ont bien profité de l'hospitalité de ma famille, et qui nous aurait sucé jusqu'à la moelle osseuse s'ils avaient pu.

Je réalise en écrivant ces mots que seuls les meilleurs sont restés, nous apportant 6 ans de fête, de joie et de bonheur. 

Affrontant les peines et les coups dur sans abandonner au premier obstacle à sauter. Et ça, ça n'a pas de prix.



Hier, j'aurais pu ruminer sur ce qu'aurait pu être notre vie à deux, nos projets, nos enfants. Des voyages, des sorties, des fêtes. Mais vois-tu, Hier, j'ai reçu le DVD de mon mariage.

Et oui, moi aussi j'ai refait ma vie. 

En le visionnant, je n'avais d'yeux que pour mon époux. Son sourire qui me transporte, sa voix qui me rassure, nos fou-rires et nos projets. Je me suis rappelée dans quel état lamentable il m'a rencontré, il y a 5 ans, quand tu m'as laissé. Malgré mes cauchemars et le manque de confiance dont je faisais preuve, il est resté près de moi et m'a montré que la vie est belle.

Et d'un seul coup, j'ai enfin réussi à admettre quelque chose : je suis folle de lui et heureusement qu'il y a eu ce 28 juin il y a 6 ans. 

Car sans cette journée, aurais-je trouvé cet homme que je ne veux plus quitter? Aurais-je vraiment accédé au bonheur? Je ne crois pas : mon mari aujourd'hui est mon bonheur, ma vie. Je suis si bien avec lui, tu ne lui arrives vraiment pas à la cheville.



Je t'en ai voulu longtemps mais aujourd'hui, en repensant au 28 juin 2008, j'ai envie de te dire merci. Merci de m'avoir offert cette vie dont je n'aurais jamais rêvé. Et adieu : aujourd'hui j'avance sans toi, je suis forte et libérée de ton souvenir, de l'emprise que tu avais sur moi. Et ça, ça fait du bien.



Toutes les images de l'artiste Shawna Erback proviennent de Pinterest


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A bientôt