lundi 25 mai 2015

53 billets en 2015 Semaine#22 : Maman



Maman, elle n’est pas toujours un modèle de comportement. 
Faut dire, elle a un sacré caractère. Des idées pas toujours justes mais très affirmées. Et parfois, ça nous a mené à des situations très embarrassantes, voir flippantes. Je l’aurais bien giflée parfois, tellement elle m’a fait honte. Oui honte, c’est le mot. Mais à côté de cela, Maman a toujours été là pour moi : mon soutien dans les situations où je ne savais plus donner tête, les conseils pour me sortir des moments délicats. Même s’il me fallait parfois contrebalancer ces propos, elle a toujours eu de très bonnes idées pour m’aider.

bonne-fête-maman-mère-mum-mummy


Maman, elle n’est pas toujours un modèle en matière de santé. (un comble pour une ancienne infirmière!)
Elle fume comme un pompier, alors qu’elle nous répète depuis 5 ans qu’elle a diminué sa consommation, et qu’elle a failli faire la peau quand ma sœur, lors de sa dernière grosse soirée à la maison, à ramené une chicha. Elle s’engouffre des kilos et des kilos de sucre la nuit, au lieu de dormir et de penser à son foie qui survit tant bien que mal à une hépatite médicamenteuse. Elle ne fait jamais ses analyses dans les temps, et mon père doit la prendre par la main pour l’emmener voir le médecin quand ça ne va pas. Mais Maman, elle s’est battue pendant 10 ans contre les cancers. Après plusieurs mois de radiothérapie, plusieurs années de chimiothérapie, la perte des cheveux, d’un sein, de sa féminité. Pendant ces 10 années, elle s’est quand même levée tous les matins, nous a emmené à la danse et à l’école, s‘est occupé de nos repas, de mes 4 grands-parents. Après en avoir bavé autant en matière d’opération et de traitement, je ne peux que comprendre que les dernières personnes qu’elles veuillent voir aujourd’hui, ce sont les médecins et les laboratoires d’analyse.


Maman, elle n’est pas un modèle de forme physique. 
Je crois que ça a commencé il y a une quinzaine d’année, après ces dernières chimiothérapies. Plus envie de bouger, plus envie de s’occuper de la maison. On a assuré avec ma sœur (et on assure plus ou moins toujours, mais moins souvent) le ménage, le repassage, les lessives…. Pendant que ma mère imprimait son corps sur le canapé. Je suis restée patiente, ma sœur beaucoup moins. Et on a eu de belles soirées d’engueulade et de bouderies. Aujourd’hui, le moindre effort l’essouffle, la moindre activité la blesse, et l’oisiveté elle, s’installe toujours plus. Alors, quand elle nous raconte ses activités de la journée on essaie de l’encourager et de la booster pour qu’elle continue sur cette voie, qu’elle essaie de garder la pêche et le moral.

bonne-fête-maman-mère-mummy-mum


Maman, elle n’est pas un modèle d’optimisme. 
Il parait que ça vient de sa dépression, de la bipolarité. Pendant longtemps, ce pessimisme m’a déteint dessus. Je vous en ai parlé dans la mauvaise habitude que j’ai perdue. Puis, j’ai décidé un jour d’enfin voir le verre à moitié plein, et mon état d’esprit, ma vision de la vie s’est transformée. Ça m’a fait un bien fou. Aujourd’hui, quand je rentre à la maison le temps d’un week-end ou de congés et que Maman ne cesse de pester sur la vie et ses côtés noirs, je tente de tourner tout ça à la dérision. Un beau sourire, une petite blague, montrer le ridicule de la situation et hop ! Elle rigole un peu et c’est reparti. Je me dis que peut-être, à force de lui montrer cette vision de la vie, elle l’appliquera et se sentira mieux dans sa tête et dans sa peau.


bonne-fête-maman-mère-mummy-mum

Alors oui, Maman, elle a des tas de défauts. 
Mais malgré tout cela, elle s’est occupée de nous corps et âme, soignant nos bobos et nos maux de cœurs, nous permettant de voyager et d’assouvir notre passion pour le folklore, nous soutenant dans nos projets, nos choix d’études, nos disputes avec les gens. Elle nous a défendu comme une louve, nous a couvé comme un oiseau, nous a adoré comme des dieux. Elle a toujours fait du mieux qu’elle a pu, malgré la maladie, malgré les moments durs de la vie. Et après tout, ce n’est qu’une femme, que lui demander de plus.



Maman n’est pas parfaite, loin de là. Mais je crois que c’est pour ça que je l’aime, que je ne cesserai jamais de l’aimer, et que je serais toujours là à ces côtés, dans ce qu’il nous reste de vie à partager toutes les deux. 

maman-bonne-fête-des-mères


53 billets en 2015, c'est le projet d'Agoaye .
Chaque semaine, un thème nous est proposé. A nous d'y répondre comme nous l'entendons, et de le partager avec tous les autres participants sur l'article du thème et sur le groupe Facebook!






2 commentaires:

  1. Pfiou.... Un gros gros moment d'émotion ton billet. Merci beaucoup !

    RépondreSupprimer

A bientôt