mercredi 20 janvier 2016

Chère Moi du passé...


Oui toi, sur la balançoire devant le poulailler, dans le grand jardin du quartier des banquets. 

Tu as bientôt 8 ans, tes cheveux bouclés déjà indomptables volent dans tous les sens. C'est un jour du mois de mai ou de juin peut être ? En tout cas il fait chaud, les cigales chantent dans les haies de cyprès qui séparent les différents plateaux de culture de tes grands parents. Tu sens les melons, les cerises, ces bons fruits de l'été. Tu sens la poussière, la terre chaude car il fait encore plus chaud que d'habitude, avec le mistral qui souffle fort.


Le vent te berce, pendant que tu t'élances haut et fort sur cette balançoire d'enfant, qui bientôt  ne pourra malheureusement plus supporter ton poids de petite fille.

Et c'est bien ça le problème. Tu grandis vite, bien plus vite que ce que tu voudrais. On ne te traite plus comme un bébé, parce que bientôt tu seras jeune fille, tu sens la différence, et ça te fait bizarre. Tes copines veulent déjà être considérées comme des ados, alors que toi tu préfères rêver, dessiner et jouer à la poupée... Tu te sens décalée, comme si tu ne comprenais ce monde dans lequel tu vis, comme si tu n'avais pas vraiment d'amis, juste des connaissances en qui tu ne peux avoir confiance.

Tu te sens décalée car, tu n'as pas vraiment les mêmes problèmes que tes autres camarades de classe. C'est vrai, combien ont une Maman malade ? Pas beaucoup visiblement, puisqu'elles sont toutes là, à la sortie de l'école, pour les ramener à la maison. Toi, c'est ton Papichou qui est là, même pas Papa, parce qu'il travaille tout le temps et quand il ne travaille pas, il est à l'hôpital, avec Maman.

Tu voudrais que cette balançoire puisse t'envoyer si haut que tu pourrais voler. Tu serais avec les oiseaux, dans le ciel, et tu pourrais aller toucher les nuages. Ils ne doivent pas avoir de souci, eux ? En attendant, tu pleures toutes les larmes que ton petit corps et tes petits yeux peuvent laisser couler. Tu ne veux pas grandir, tu veux rester une enfant et tu veux que Maman rentre vite à la maison pour te serrer dans ses bras. Mais tu en doutes très sincèrement depuis hier, où tu as entendu Mamichou dire au téléphone "Elle se bat contre un cancer". Et à la télévision, tous ceux qui ont un cancer, ils meurent. Alors est-ce que Maman aussi, on va la mettre dans une petite boîte et que tu ne la verras plus jamais ?

Tu as peur, et c'est normal. A ton âge, on peut certes être courageuse, mais face à l'inconnu et à la maladie, c'est normal d'avoir peur et d'être angoissée. il ne faut pas que tu en es honte, tu n'es pas Supergirl et, si cela peut t'aider, je peux déjà te rassurer en te disant que Maman va rentrer. La maladie va être encore longue, car après ce cancer un autre va arriver... Mais Maman est une battante, sa rémission est à la clé. Il va juste falloir apprendre à être patiente, apprendre à vivre au rythme des chimios à l'hôpital ou à la maison, au rythme des opérations à la clinique et des visites des infirmiers à la maison. En attendant, tu vas entourer Maman de beaucoup d'amour, et tout va s'arranger.

Même Papa sera plus présent, à la maison comme dans ta vie. Ne soit pas trop dure avec lui : il t'aime beaucoup, il mettra presque 10 ans à te le dire enfin. Mais il sera toujours là pour toi, il te le prouvera de mille façons incongrues, alors ne lui fait pas trop la tête quand il te demande quelque chose ou qu'il te fait la surprise de venir te chercher à la sortie de l'école.

Image Pinteret

Ce soir d'été sur ta balançoire, c'est la première fois d'une longue série que tu te sens comme ça, complètement décalée, et il va falloir que tu l'acceptes et que tu l'encaisses sans jamais oublier qui tu es. N'oublie jamais que tu es libre de faire ce que tu veux de ta vie, de faire ce que tu aimes, et que personne ne peut te dicter ce que tu dois faire, à quoi tu dois ressembler. Le jour où tu l'auras compris, tu verras, ta vie sera transformée...

Le jour où tu l'auras compris, tu vas t'ouvrir au monde qui t'entoure.
Tu vas ouvrir ton esprit et te découvrir de nouvelles passions qui vont t'emmener vers de belles études. tes goûts vont s'affirmer, et tu seras déterminée. Tu sauras où aller, quels chemins suivre pour arriver à ce que tu désires. Même si tu te réorienteras une ou deux fois, tu trouveras ta voie, et tu te lèveras le matin heureuse d'aller au travail, entourer des collaborateurs que tu auras choisis.

Tu vas un peu délaisser ton caractère de grande solitaire, et accepter de laisser des gens entrer dans ta vie. Tu vas te trouver une belle bande d'amis qui, 20 ans plus tard, seront toujours là, te prouvant que tu sais être loyale en amitié. Certes, certains que tu auras aimé profondément vont s'éloigner, non sans quelques coups bas au passage. D'autres vont être arrachés à ta vie, violemment, par accident ou maladie. Mais tu vas accepter que les relations amicales font parfois souffrir, que tout ne peux pas être rose, que l'on ne peut pas gagner à tous les coups dans le jeu de l'amitié. Et quand tu auras pris conscience de tout cela, tu ne garderas en tête que les bons moments passés ensembles. Focalisée sur du positif, tu vas beaucoup moins angoisser et stresser.

Certaines amitiés se transformeront en amour. Du haut de tes 8 ans, je sais que c'est une des valeurs déjà les plus importantes dans ton petit coeur. Tu y mettras du temps, tu essuieras des grosses peines de coeur, mais tu sauras toujours rebondir. Et de fil en aiguille, sans grand cheval blanc mais en peugeot 206, ton prince charmant saura te conquérir...


Focalisée sur du positif, tu vas offrir ton plus beau sourire au monde qui t'entoure. Tu seras reconnue pour ce sourire alors surtout : n'arrête jamais de sourire. Il t'ouvrira des portes, il brisera des barrières. ton arme puissante est ton sourire, n'en doute jamais !

Ta famille sera fière de toi, de ce chemin accompli. Tu auras du mal parfois à te l'avouer, mais toi également. pense à le reconnaître parfois, ça fait du bien à ton égo et ton moral ! Et tu auras de quoi, car tu auras hérité du caractère de battante de Maman, tu ne lâcheras jamais tes rêves, tu aimeras passionnément le monde et les gens. Même dans les périodes froides, noires et dures, tu chercheras la lumière au bout du tunnel. Tu ne considéreras pas avoir des problèmes, mais plutôt devoir choisir des solutions. Et cela, Moi dans ton futur, ça me rend hyper fière de toi. Et je sais que tout se passera bien pour toi.

Chère Moi du passé, sèche vite tes larmes et rentre vite dessiner quelques belles images dans ton grand carnet. Le mistral bientôt cessera de souffler et la douceur dans la vie et dans ton coeur ne cessera d'exister...

Ton Moi, dans 20 ans.





Dans le cadre du défi #2 - Une année de bienveillance avec Agoaye, nous devions la semaine dernière écrire une lettre à l'enfant que nous étions.

Ce moment d'écriture visant à rassurer, calmer les peurs et angoisses que nous pouvions avoir à cette époque et avouer à l'enfant que nous étions que nous étions fier de lui. 

Je ne pouvais pas garder cette petite lettre pour moi. J'ai eu quelques larmes en l'écrivant, car tout ce que je pouvais ressentir à cette époque de ma vie est remonté. Mes angoisses, mes peurs, mon stress... 

Voir le chemin parcouru depuis est si bon, qu'il ne pouvait être que partager avec vous.

Ces défis, chaque semaine, placés sous le signe de la bienveillance, nous promettent vraiment de belles choses...

10 commentaires:

  1. J'ai aussi eu des larmes en te lisant. Parce que cette petite fille de 8 ans, je l'ai rencontré au travail ... Parce que sa maman, ou son papa, ont un cancer et que leur vie est devenue compliquée. Ces enfants, de 3, 8 ou 15 ans, je les rencontre au travail, et j'aimerais trouver les mots pour apaiser leurs peurs ... Quelle terrible peur que celle de perdre un de ces parents. ça fait grandir trop vite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, je pense que c'est pour ça que je me suis sentie souvent en décalage, que je ne me sentais bien qu'avec des personnes un peu plus âgées que moi.

      Je ne sais pas s'il y a de juste mots face à ses peurs, je sais que moi, ce qui m'a apaisé, c'est de me sentir écouter :)

      Supprimer
  2. Oh ta lettre m'à énormément touchée si tu savais...
    j'aurais pu moi même écrire beaucoup de tes mots... je me suis revue petite avec des sentiments très semblables...
    J'avais 2 ans quand ma maman est tombée malade... longue maladie également... mon papa a mis longtemps à l'accepter et notre relation a été compliquée pendant des nombreuses années...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça doit être un truc de mec, pour se mettre en position de défense face à ses situations qu'ils ne savent pas bien gérer.
      Tes mots m'ont beaucoup touchés, merci de ton passage par ici!

      Supprimer
  3. Ca fait apprécier le moment présent de voir tout ce chemin parcouru. Et c'est d'autant plus vrai que les galères étaient grande... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, un aspect bien positif sur sa vie et le chemin parcouru !

      Supprimer
  4. Quelle magnifique lettre très émouvante !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma belle
      A très bientôt!

      Supprimer
  5. Ouah... C'est très émouvant.
    Félicitations pour cette belle lettre et ravie que son écriture t'aie tant apporté !

    RépondreSupprimer
  6. C'est magnifique... Que de chemin parcouru ! Merci pour cette lettre pleine d'espoir <3

    RépondreSupprimer

A bientôt