vendredi 8 avril 2016

Quand la vie met mon optimisme à rude épreuve

2016 pour moi, devait être une année de renouveau, une année de "no-prise de tête". 

Je me suis promise d'être heureuse et de prendre soin de moi, parce qu'il paraît que c'est en lâchant prise comme ça que le meilleur arrive. Et j'y ai cru.

Oui, j'y ai tellement cru que, le miracle a fini par se produire. Et j'ai fini par tomber enceinte. 

Ça fait bizarre de voir le test virer pour une fois au positif. De voir écrit, noir sur blanc "Enceinte". Ça fait du bien de se dire qu'enfin, mon tour est là. Genre, j'ai gagné le gros lot au loto ! Hiiiiha !!

Comme toute femme enceinte (enfin, presque...) je n'ai rien voulu dire. Sauf à Chéri D'amour, bien entendu et à ma copine privilégiée, ma Marsupoire, mon soutien infaillible de tous les temps. Mais, jusqu'aux échos et compagnie, motus et bouche cousu.

La première écho a révélé qu'il y avait un décalage de 3 semaines sur les calculs de termes de la doc. Je n'étais donc pas à 3 mois mais à 3 mois - 3 semaines. Un truc genre 9SA du coup. Donc nécessité de revenir dans 3 semaines contrôler que tout va bien. Mais "pas de soucis !" nous certifie le médecin. Il est vigoureux, toutes les mesures sont conformes, vous pouvez en parler !
 
Alors, on en parle. 
 
Pas à la terre entière, mais on en parle un petit peu.

A la famille, parce qu'après la mort de la grand-mère, ça fait du bien de voir des choses positives qui font avancer !

Aux amis, parce que forcément quand on est là plus grande buveuse de binouze de la bande, et qu'on cartonne à la limonade en refusant de goûter au Mont d'Or et aux sushis depuis plusieurs semaines, ça fait se poser des questions à tout le monde !!

Et au boulot, parce que quand on ne travaille qu'avec des assistantes sociales, des aides-soignantes et des infirmières, ce genre de chose passe difficilement inaperçu. Puis faut dire que bébé a très vite pris beaucoup de place dans mon petit bide, et que la chose s'est vue rapidement sur mon physique...

Et puis : jetez moi la première pierre si vous voulez mais, c'est difficile de toute façon de contenir un tel bonheur, une telle nouvelle, surtout quand on vous donne un espèce de feu vert pour le dire ! Je connais des nanas qui n'avait pas fini de faire pipi sur le test que la terre entière était déjà enceinte!

Et pourtant, si nous avions su, on aurait grandement fermer nos gueules... 


Le 1er avril devait être un de ces jours mémorables de bonheur et de joie, un de ces jours que l'on n'oublierait jamais. Une nouvelle rencontre avec notre bébé, lui faire coucou quelques minutes, repartir vers un nouveau trimestre de grossesse et de bonheur.

Malheureusement, et ce n'est pas un poisson, on s'en souviendra, mais pas pour les bonnes, pas pour les mêmes raisons. Dès que la sonde de l’échographe s'est posée sur moi, j'ai vu qu'il y avait un problème.

J'en ai vu des échos, de bébés au 3e mois. Et aucune ne ressemblait à la mienne. Mon bébé, finalement, n'est pas si conforme que ça. Et depuis, j'entends les mots du médecin résonner jusqu'au plus profond de mon cerveau:
"Je suis bien embêtée, mais je dois vous annoncer qu'il y a un problème" 
"La clarté nucale est de 7mm alors qu'elle doit être à 1,2" 
"Au risque de trisomie, rajoutez les malformations cardiaques, un important retard psychomoteur" 
"A terme, cette grossesse peut devenir dangereuse pour vous aussi" 
 "Il va falloir envisager l'interruption très rapidement"

De quoi faire basculer de nouveau ma vie de la lumière à l'obscurité. De quoi anéantir à nouveau nos rêves. Un profond sentiment d'injustice, de colère. Une envie d'hurler partout que c'est dégueulasse, encore pour notre pomme. Je ne sais pas ce que j'ai fait dans mes autres vies (ou dans celle ci) pour fâcher l'univers, mais il me le rend bien avec un bon Karma de merde !

Pas de miracle à la loterie cosmique chez les Sisco. 


À peine sortie de l'échographie, nous devons nous rendre chez le médecin, pour "lancer" les procédures. Je sanglote dans mon coin, me mordant très fort la lèvre pour ne pas hurler de douleurs en pleine rue. Chéri d'amour me tient fort la main, il est plus blanc que blanc, mais il brise lui-même ce silence.

"On pense bien à la même chose, toi et moi?" 
Oui mon amour, bien sûr, on pense la même chose... 


Nous n'avons pas de convictions religieuses particulières. Nous sommes de nature plutôt terre à terre, nous faisons confiance à la science et aux progrès médicaux. Nous n'avons pas encore 30ans, et l'espoir derrière de pouvoir recommencer, d'avoir d'autres enfants qui eux peut être, se porteront bien.

Ce bébé, on l'attend depuis longtemps. Mais un bébé lourdement handicapé comme le serait celui-ci, nous n'avons ni la force ni le courage de l'élever et nous le reconnaissons. Y'a t'il plus belle preuve d'amour que de reconnaître ses faiblesses ?

De plus, afin de nous documenter un peu, notre médecin nous a laissé quelques articles à lire, dont cette étude. Si nous avions encore un peu de doute et d'espoir, il n'y en a plus vraiment ici. Dans le meilleur des cas, notre enfant à une espérance de vie de deux ans. Deux ans d'opération, de suivi à l'hôpital ou en institution, pour malformations et retard psychomoteur. Deux ans de souffrance, pour lui comme pour nous, sa famille. A quoi bon s'infliger tant de douleur et de mal-être ?

Peut-être me prendrez-vous pour un monstre, un assassin. Personnellement, je m'en fou bien, car sur ce coup là je vais être totalement égoïste, penser à moi et à mon couple avant le qu'en dira-t-on.

Je crois que, la plus belle preuve d'amour que nous puissions faire à cet enfant, c'est de l'empêcher de souffrir, de connaître la souffrance. Je sais ce que c'est que d'avoir un enfant lourdement handicapé: je les ai côtoyé régulièrement, dans le cadre de mon travail. Leurs difficultés, je les ai observées. Leurs peurs et leurs vies, je les ai accompagnées au quotidien. Et les familles, leurs détresses, leur impuissance, leur tristesse, je les ai entendus. Et je ne peux me résoudre à vivre cela, si j'en ai le choix.

Aujourd'hui, je dois me tourner vers un hôpital proposant un diagnostic anténatal. Encore une tripotée de tests et de prise de sang m'attendent. Raconter mon histoire, encore et encore, à des nouveaux visages jusqu'au jour de LA décision.

Puis affronter cela. 

Le peu que j'ai pu lire sur ces procédures m'a juste littéralement paniquée. Moi qui suis si confiante en l'avenir, et bien là je suis MORTE DE PEUR. Je me sens tellement pas prête et pas assez forte pour affronter tout ça. Mais bon, de toute façon, il n'y a plus d'autres choix que d'encaisser, de le vivre, de s'en servir comme une force et de rebondir, toujours plus loin, toujours plus haut.

Je ne me fais pas d'illusions : j'aurais ma revanche sur la vie. Et ce jour là, je vous le garantie : je lui ferais un sacré pied-de-nez, à la vie!

 
J'ai voulu me confier à vous pour échanger là dessus, savoir si vous aviez vécu cela, de près ou de loin, si vous aviez des conseils à me donner pour affronter cette situation.

Par contre, tout commentaire déplacé sur ma décision ou le premier qui me sort "vous l'avez dit trop tôt" sera censuré avec pertes et fracas. J'ai vraiment pas besoin de discours moralisateur, croyez moi, mon cerveau s'en charge très bien pour moi.

Prenez bien soin de vous... 



24 commentaires:

  1. Te dire "vous l'avez dit trop tôt" serait d'une bêtise sans nom ! Comme si le dire (avec en plus l'accord du médecin) tôt c'était jeter les dés, comme si, en attendant, le foetus n'aurait pas eu tous ces problèmes ! Mais les problèmes avaient déjà commencé, c'est dans les gênes de cet ovule et de ce spermatozoïde donc les dés étés déjà jeter et le dire plus tôt ou plus tard n'aurait rien changé...
    Je pense que, dans ton cas (sachant que je ne veux/veux ne pas être mère mais que je me connais assez bien je crois), je prendrais la décision pragmatique, d'autant plus avec l'étude que le médecin t'as fait lire !
    En tout cas je vous souhaite beaucoup de courage ! Un proverbe dit que même la plus longue des nuits finit sur un levé de soleil !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup ton proverbe de la fin, il est parfait :)
      A très bientôt

      Supprimer
  2. Je suis navrée d'apprendre la nouvelle... Vraiment attristée. Après, ne t'en veux pas de l'avoir dit a tes proches. Au contraire, ils peuvent mieux comprendre ce qui se passe et ce que tu peux ressentir maintenant.
    L'avenir est devant vous, et ton futur enfant sera tellement beau, et tellement doué qu'au fur et à mesure tu oublieras la forte douleur que tu as en ce moment.
    Courage !
    Tu es forte, tu vas t'en sortir, même si Ca semble difficile maintenant.
    Plein de bisous et plein d'ondes positives pour l'Avenir ❤️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment pour tes encouragements !

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  4. Coucou ma chérie d'amour!
    On va voir si cette fois mon téléphone va vouloir te commenter.
    Je trouve ta démarche d'écrire cet article super positive et je sais que vous allez rebondir avec Chéri. On en a beaucoup parlé. On en reparlera beaucoup. Ou pas. C'est toi qui choisira. Mais sache que je serais toujours là pour t'écouter, te conseiller.
    Et si il y a ne serait-ce qu'un commentaire déplacé, je te jure que je m'en occupe personnellement. Les personnes qui se permettront ça, sont des personnes qui n'ont pas vécu ça. Des personnes qui ne peuvent comprendre et dont la méchanceté n'a d'égale que leur ignorance.
    En tout cas, je t'aime fort. Ne l'oublie JAMAIS!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma belle <3 je sais que tu me comprends et que tu me soutiens à 100% sur ce coup là ! Et je t"en remercierai jamais assez!

      Supprimer
  5. J'avais peur de comprendre depuis quelques temps tes difficultés de grossesse. J'ai jamais osé aborder le sujet. Je suis tellement désolée pour vous. Je peux pas imaginer la douleur par laquelle vous passez. Je suis sûre que la roue tournera. Vous le méritez, votre bonheur. Je pense très fort à vous. Et vous souhaite tout le courage et l'amour que je peux vous donner. Bisous Debbiechou ❤️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ma belle =) il ne faut pas hésiter à venir aborder les sujets, ça ne me dérange pas !

      Supprimer
  6. (sandrine Garnier) C'est dingue la force que tu as Débbie. Purée vous êtes des guerriers !!!!!!! Fière de vous !

    RépondreSupprimer
  7. Olala ma pepette je suis vraiment désolé :/ C'est vraiment terrible d'apprendre une nouvelle comme celle ci ...
    Et je ne vois vraiment pas pourquoi on te prendrais pour un monstre, il n'y a au contraire rien de plus humain que cette décision <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que je me dis : la plus belle preuve d'amour que je peux faire à cet enfant, c'est de lui promettre une vie sans souffrance!

      Supprimer
  8. Chaque grossesse est un risque, pour soi, pour le bébé à venir. Notre société ne veut plus y penser et pourtant c'est une réalité. J'ai eu à prendre une décision similaire et très peu de personnes le savent autour de moi. Vous aurez à faire le deuil de cet enfant. Ca prendra du temps et personne ne pourra vous reprocher une telle décision. Je sais ce que ça coûte en souffrance et en désespoir, l'impact que ça a sur soi et sur ton couple. Pour autant, ne renoncez pas. C'est dans l'adversité que vos liens vont se renforcer. Faîtes vous accompagner, ne vous laissez pas abattre. Cette décision, c'est vous qui la prenez mais c'est toi qui la vit dans ton corps. Ne culpabilise pas. Ca ne sert à rien. Viendra le temps où tu voudras retenter, la peur au ventre et avec un désir ambivalent. Mais tu le feras pour ce bébé et celui à venir. Je te souhaite beaucoup de courage pour les mois à venir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce témoignage et ces encouragements ! Ma moitié est présente plus que jamais auprès de moi, je sais que grâce à elle, nous allons affronter ces durs moments ensembles, unis, et que c'est comme cela que nous pourrons rebondir !

      Supprimer
  9. On ne se connait absolument pas et j'ai beau traîner par ici, je ne laisse jamais de commentaires. Mais j'avais vraiment envie de t'envoyer une bonne dose d'amour. Parce que mon homme et moi sommes en essai bébé depuis presque 2 ans maintenant, avec des hauts et des bas, et l'envie de laisser faire les choses... Bref. Je sais, au plus profond de moi, que nous réagirions de la même manière... Je vous souhaite énormément de courage et de belles journées devant vous. <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette belle dose d'amour <3
      Et plein de bonheur à toi aussi, à venir, avec ce projet bébé...

      Supprimer
  10. comme je suis navrée de lire un tel article!
    une chose qu'aucune femme, qu'aucun couple ne devrait vivre.
    Perso, je pense que j'aurais pris la même décision que vous. Non je ne pense pas, je suis même sûre!
    Tout mon soutien est avec vous dans cette si triste nouvelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment pour ton message et ton soutien <3
      C'est vrai, je ne souhaite cette expérience à personne ! Et il est bon d'en parler. Car malheureusement, la maternité, ce n'est pas toujours que du bonheur...

      Supprimer
  11. Je ne te lis que maintenant....
    Je suis si désolée pour vous, mais évidemment que personne ne peut juger votre décision, elle vous est propre et on sent dans ton écrit qu'elle a été prise en vos âmes et consciences.
    Rien ne sert de te dire ce que j'aurais pu faire dans pareil cas, car je n'en sais rien, même si je pense que mes réactions auraient été similaires au tiennes.
    Beaucoup de courage en tous cas, à vous deux.
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. <3
      C'est vrai que cette décision, nous savons qu'elle est la bonne, car nous l'avons prise tous les deux. Elle nous appartient, elle reste la bonne pour nous, et cela nous réconforte.

      Supprimer
  12. Je comprends mieux de quoi tu parlais quand tu disais avoir vécu des épreuves douloureuses. Je suis persuadée que tu auras ta revanche sur la vie, tu es jeune. Mais j'imagine ta souffrance. Effectivement, ce genre de handicaps est terrible et laisse une espérance de vie très limitée au bébé... En revanche, je ne pense pas que tu ais fait une erreur en parlant trop tôt. Tout finit toujours par se savoir de toutes façons et on a besoin du soutien de ses proches, même quand ça tourne à la catastrophe. Surtout quand ça tourne à la catastrophe... Pour moi, tu as bien fait de le dire... <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce petit message !
      Et oui, je me rends compte que tout se sait et que, c'était vraiment bon d'avoir mes proches auprès de moi, en toute transparence, après ce qu'il s'est passé.

      Supprimer
  13. Dur de lire ce post plein d'émotions, une fois encore je te souhaite bien du courage pour la suite, mais tu / vous en avez déjà ;-)
    Vous avez eu raison de partager votre bonheur, on l'a partagé très tôt au cas en nous disant que si cela se passait mal, on aurait besoin de soutient...
    Big Hug à vous en tout cas

    RépondreSupprimer

A bientôt