mercredi 25 mai 2016

Un mois après...


Un mois déjà est passé. Et pour tout vous dire, il est passé si vite que j'ai à peine eu le temps de m'en rendre compte.

Je m'attendais à avoir plus de mal, moralement, à m'en remettre et récupérer assez vite physiquement. Et en fait, ça a été tout le contraire! Bon, aussi, je n'ai pas trop bien fait les choses... Par exemple, partir en randonnée toute une journée avec des bons dénivelés 15 jours après l'IMG n'était clairement pas une bonne idée, j'ai juste mis 48h à m'en remettre!


Admettons : la vue en valait clairement la chandelle (et les 48h de courbatures !!)

J'ai eu beaucoup de mal à accepter, à comprendre que j'avais vécu un "accouchement", que j'avais eu une péridurale et reçu des doses d'hormones de folies en très peu de temps. 

Forcément, mon corps pour se rétablir, avait besoin d'un peu de temps. Soit...

Je n'étais pas vraiment préparée à tout ça je pense. En même temps, qui peut l'être ? On le sait et on s'en doute pour quand on va accoucher vraiment, que l'on va rentrer avec son bébé. Mais pas dans ce cas là, alors qu'au final, la procédure est quasiment la même...

Mon IMG a eu lieu un mercredi, j'ai voulu sortir dès le jeudi, alors que la sage femme m'aurait bien gardé jusqu'à vendredi. Mais j'avais tellement besoin de m'échapper, de vite rentrer à la maison. Ma maman est venue tout de suite à ma sortie de l'hôpital.

C'est fou comme, même à presque 30 ans, on est bien content d'avoir sa maman à la maison dans ces cas là ! 

Et j'ai envie de dire : heureusement ! Parce que dans les 48h qui ont suivi ma sortie, je suis tombée dans les pommes un bon nombre de fois et que j'ai failli me payer un bon coup de tête dans la baignoire. J'imagine bien la tête de Chéri d'Amour me retrouvant la tête explosée dans la salle de bain tiens....

Aujourd'hui, il y a encore des choses qui m'épuisent vite. Vous l'avez peut-être vu sur Instagram, mais j'ai participé à une journée de folklore provençale avec mon groupe de danse. Là aussi, j'ai eu des courbatures pendant 48h, alors que j'ai participé à des semaines de festival bien pire que ça. Mais j'ai intégré le fait que mon corps met du temps à se remettre. Alors je le surveille, je le chouchoute, pour découvrir et repousser mes nouvelles limites.


Qu'il est bon de remettre le costume de sa région, de retrouver son groupe de danse pour quelques chorés... Même si j'ai morflé ! 

Bien sûr, au quotidien, il y a encore des hauts et des bas...

Parmi les bas, je retiendrais :
  • 3 jours après mon IMG, ma collègue de travail a accouché. J'ai eu beau me préparer dès que j'ai su que je ne pourrais pas garder mon petit bout, j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps pendant une heure, dans mon bain. A mon avis, le boom hormonal dans mon corps ya joué pour beaucoup aussi...
  • Je commençais à peine à "respirer", que j'ai reçu un appel des pompes funèbres : "au fait, l'enterrement de votre fils à lieu tel jour à telle heure!" OUTCH... C'est pas que j'avais oublié, mais je pensais vraiment que l'on pourrait passer outre et aller directement à la case crémation. Malheureusement, pour des raisons légales et bien que le diagnostic ait été confirmé avant l'IMG, notre fils doit resté enterré pendant 5ans! Je déteste les enterrements, surtout le fait de savoir quelqu'un dans une petite boîte 6 pieds sous terre... Et en plus, maintenant que je sais qu'il est dans un cimetière, c'est psychologique : je me sens obligée d'aller le voir, mon pauvre enfant, mon petit bout... j'ai l'impression de bien lui devoir ça...

Les hauts, je les qualifierais plus de tournant
  • Le premier quand ma maman est repartie. J'ai voulu faire la forte tant qu'elle était là, mais quand elle est partie, que je me suis retrouvée un petit moment toute seule avec moi même, j'ai pleuré (oui, encore!). J'ai pleuré fort, longtemps, à en avoir mal aux yeux et aux joues. J'ai pleuré et bordel! ça m'a fait du bien! C'était ma façon de m'avouer, de réaliser que c'était fini. Ma façon de dire au revoir à tout cela. Je sortais toute la peine de mon corps par ces larmes, je pouvais enfin avancer et aller mieux après ça.
  • Deuxième tournant, quand j'ai enfin pris mon courage à deux mains pour faire mes "papiers". Appeler la CAF, la sécu, envoyer les pièces justificatives à tout ce beau monde... Et bien mine de rien, de ne plus voir traîner tout ça sur le bureau, ça aide bien à clore un chapitre et en débuter un nouveau!
  • Enfin, le dernier tournant, je l'ai bien senti quand j'ai changé d'air... Pendant quelques jours, avec Chéri, on a filé en cure Thalasso dans le sud est, du côté des Issambres. Le matin, nous avions nos soins et nous profitions de la piscine, l'après-midi nous allions balader : Saint-Tropez, Sainte-Maxime, Port-Fréjus, la fameuse randonnée... Le tout en profitant à fond du soleil et de la mer. Je ne l'aurais jamais imaginer, mais qu'est ce que ça m'a vidé la tête et permis de m'aérer !! Quand nous sommes rentrés à la maison, j'ai senti que j'avais laissé un gros poids derrière moi, que je pouvais passer à autre chose! Le moral allait beaucoup mieux...


La mer a toujours su m'apaiser, me ressourcer...


J'ai repris le chemin du travail il y a quelques jours. 

C'était la première fois que je manquais autant de temps à mon poste de travail et j'appréhendais un peu le retour. Aujourd'hui je m'aperçois que j'ai bien fait, car sans ce temps je n'aurais pas pu me remettre et être opérationnelle comme il faut. Et puis je sentais que j'étais impatiente de revenir et reprendre mes petites tâches quotidienne.

J'ai été très touchée par les attitudes de mes collègues et de mes directeurs, qui continuent à copieusement me nourrir de gâteux et de burger ;), qui avaient l'air d'être très heureux de me revoir et qui m'ont témoignés pendant mes semaines d'absence un véritable soutient. Notamment mon chef, qui n'a cessé de prendre de mes nouvelles pour tester mon moral. Comme quoi, sous chaque homme sévère, peut se cacher un joli petit coeur humain...

J'ai commencé à lire, à me documenter. 

Parce que je suis comme ça, c'est ma façon de gérer les choses. J'ai besoin "d'étudier", de pouvoir anticiper ce qui m'attends, de consulter des témoignages de personnes qui ont vécu la même chose que moi, de savoir où elles en sont, comment cela se passe... Pour le moment, j'ai surtout consulté des blogs, mais ça m'a déjà beaucoup apporté et aidé. D'autres lectures arrivent bientôt et je compte bien les partager ici, pour aider à mon tour des mamans qui auraient besoin de se rassurer sur tout cela.

Et la prochaine étape c'est ? 

Un nouveau rendez-vous, à l’hôpital, pour faire le point, 10 semaines plus tard. Je suppose qu'il y aura un entretien un peu "psy", puis un point santé. Et l'autorisation de recommencer... Ou peut-être d'autres bilans avant ? Je ne sais pas, c'était un peu flou sur ce coup...Réponse dans 3 semaines, de toute façon !

Il y a eu des jours pas faciles, où la culpabilité et la tristesse m'ont rongés la mine et le moral. 

Mais fort heureusement, ils n'ont pas été les plus nombreux, car je ne cesse de me répéter que mon fils a amené beaucoup d'espoir dans ma vie. Celui d'arriver à devenir mère un jour, sans PMA (elle nous pendait pas loin au nez celle là!). Celui d'aller de l'avant, ne serait-ce qu'en souvenir de son court passage parmi nous.

Et surtout, cette épreuve nous a rapproché avec Chéri d'Amour, une fois de plus.


Nos 2 ans de mariage, le 26 avril dernier... Presque 7 ans que nous sommes ensembles, et toujours aussi amoureux...


La dernière fois que j'ai ressenti ce rapprochement si fort entre nous, cet amour et cette confiance palpables au moindre regard, c'est dans les mois qui ont suivi notre mariage. Il était si fier, si heureux de m'avoir pour femme, que cela nous a rapproché. Et bien là, c'est pareil.


Nous avons confiance en l'avenir, nous avons de nouveaux projets. Je pense que je ne pouvais pas espérer issue plus favorable à notre situation...



3 commentaires:

  1. Quelle bouffée d'espoir ta dernière phrase, pour celles qui vivent la même chose que toi et lise ton article!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci infiniment! cela me touche ce que tu me dis !

      Supprimer
  2. Content de lire ta dernière phrase ;-)

    RépondreSupprimer

A bientôt