mercredi 20 juillet 2016

Ces phrases que l'on dit et qui font plus de mal que de bien...



Il y a des choses que l'on nous dit, lorsque l'on traverse une mauvaise passe comme la perte d'un enfant, et qui au final font plus de mal que de bien. C'est parfois non intentionnel, mais cela provoque chez la personne qui reçoit ces mots de gros chocs. J'ai voulu ici en compiler quelques unes.

ATTENTION : je n'ai absolument pas la prétention de tout connaître sur le sujet, ou d'être la nouvelle psy de service parce que je me suis documentée sur le sujet pour m'aider à vivre mon deuil périnatal. Mais je sais qu'un homme averti en vaut deux. Vivre cette expérience m'a fait prendre conscience que moi aussi j'avais été bien des fois maladroite sur le sujet avec les copines ou les amies traversant cette épreuve. Si cet article peut servir au moins à une seule personne, ça sera déjà beaucoup  pour moi ! Et au pire, ça n'aura servi qu'à moi, à me soulager un bon coup de ce que j'avais sur le coeur ! 


"De toute façon vous l'avez dit trop tôt vous auriez du garder ça pour vous"
Alors alors... Comment te dire que, quand cela fait DEUX ANS que tu attends de tomber enceinte, quand enfin tu l'es, c'est un peu la fête dans ta vie ? Et oui, on a pas toute la chance d'oublier sa pilule 24h pour voir le miracle de la vie s'accomplir ! 
Et puis, quand c'est de la génétique, c'était limite inscrit avant le top départ de tout ça. Le fait que la famille le sache c'est quand même très rassurant au niveau soutien moral pour la suite...
Enfin, j'ajouterais bien un "je t'emmerde", mais bon, je fais des efforts en politiquement correct alors :)

"ça va, vous avez l'air de bien le vivre"

Ok, cela peut être pris dans le sens "ouahou tu es courageuse". Sauf que j'enrage chaque fois que j'entends ça. 
C'est pas parce que je me lève tous les matins vivre ma vie, que je fais tout pour être positive et avancer que je n'ai pas de peine. J'ai des coups de blues et parfois,  une méga crise de larmes. Simplement, me rouler en boule et déprimer toute la journée ne me ramènera pas mon bébé, et ne me ramènera pas en arrière!
J'avoue, cela me fait plus de bien d'entendre "Vous êtes très courageux face à cette situation". Et je pense que c'est ce que l'on a envie d'entendre dans ces cas là. 

"Vous êtes jeunes et vous en aurez d'autres"

Alors d'abord : qu'est ce que tu en sais ?? Sincèrement ?
Et de deux: j'aimais ce bébé. Il était unique, c'était mon premier bébé, mon petit garçon. Et les "autres" comme tu dis, ils ne le remplaceront pas ! Oui, j'espère en avoir d'autres, mais ils ne le remplaceront pas.

"Au moins, vous ne l'avez pas connu" 
Si pour toi, la connaissance ne se résume qu'à ce que l'on voit, admettons...
Mais en fait si, un peu quoi. Je l'ai même vu se taper un délire à essayer d'attraper je sais pas quoi dans mon ventre, pendant que le docteur appuyer dans tous les sens la sonde échographique visant à confirmer le diagnostic qu'il était pas bien en forme ce petit. Alors oui, je l'ai vu que très peu physiquement, peut être une 1minute en tout et pour tout. Je ne sais pas s'il était brun ou roux, ou s'il avait les yeux bleus de mes grands parents mais crois moi que si, je le connaissais depuis 16 semaines de colocation !!

"Cela aurait été pire s'il était mort plus tard" 
Dans un sens oui, peut-être. 
Dans l'autre, je ne vivrais peut-être pas avec cette putin de culpabilité d'avoir pris la décision de l'IMG. Parce que celle là, je pense, ça va être la plus dure de ma vie!

"Oh mais ta grossesse n'était pas très avancée, au final ce n'était même pas un vrai bébé encore. Tu ne dois pas avoir de la peine comme ça, ça ne sert à rien"

Hahaha lolilol quoi! Genre tu crois que la peine est proportionnelle à la durée de grossesse ? Eh bien non, détrompe toi ! Ce n'est pas parce que je n'avais pas fini d'annoncer à la famille que j'étais enceinte que ce n'était pas un bébé ! Ce n'est pas parce que je n'ai même pas eu le temps de lui préparer sa chambre que je n'ai pas de peine !
Je crois que dans ces cas là, je préfère hausser les épaules et ne rien répondre parce que je n'ai vraiment pas envie de dépenser de l'énergie inutilement --'

"Vous devriez arrêter d'en parler tout le temps. Vous mettez tout le monde mal à l'aise et ça ne vous aide pas à tourner la page"

Ahlalal, parler de malheur dérange n'est-ce pas ?
Alors non, désolée. Notre manière de gérer notre deuil justement, c'est d'en parler sans tabou! Si cela te met TOI mal à l'aise, pas de souci dis le moi et je n'aborderai plus le sujet avec toi. Mais d'autres oreilles attentives sont là pour moi,et à ce moment dur de ma vie, je ne me priverais pas de vivre ce deuil comme je l'entends.

Et fort heureusement, je ne parle pas QUE de ça, ouf !!

A la limite, je préfère des paroles bien directes, comme celles de mon chef lors de ma reprise au bureau:

"écoutez, vous savez que je suis ouvert à beaucoup de discussion mais pas à celle là. Je ne sais pas du tout quoi vous dire. Déjà parce que je suis un homme et ensuite parce que je n'ai jamais vécu ça. Je peux vous écoutez mais je ne parlerai pas car je ne sais pas quoi dire et je ne veux surtout pas dire un truc qui vous fâche. Je préfère que vous le sachiez plutôt que vous vexer"

Au final, je pense qu'il faut être honnête, dans ces situations. Dire simplement "je ne sais pas ce que tu vis, je ne sais pas quoi te dire" plutôt que de prodiguer de stupides conseils que vous ne sauriez pas vous même suivre. 
Ne parlez pas inutilement pour combler un vide en utilisant des phrases préfabriquées. Les personnes en deuil ne vous en remercierons que plus. Car, je crois que s'il y a bien une chose que l'on mérite dans ces cas là, c'est de l'honnêteté et de l'écoute.

Et pour toutes les mamans et papas aux petits coeurs en miette comme moi, n'hésitez pas à répondre à ces phrases avec humour et second degré, ça à le mérite de détendre l'atmosphère (et surtout de vous détendre vous!). En général ça désarme un peu les gens, et vous, ça vous soulage grandement !
Où tout simplement "OK, je suis sûre que t'a voulu bien faire en me disant ça mais tu vois, pour le moment ça ne m'aide vraiment pas !". Ça aura au moins le mérite d'être clair !


Si vous avez des phrases bien débiles que l'on vous a dites dans des situations bien critiques, n'hésitez pas à vous lâchez comme il faut ci-dessous. Ça fait un bien fou croyez-moi !



7 commentaires:

  1. Je trouve ce que t'as dit ton patron très bien ! Il vaut mieux expliquer tout de suite son ressenti sur la situation et dire "je ne sais pas quoi dire, vous pouvez m'en parler mais je n'ai rien à vous répondre" que sortir comme tu dis des phrases toutes faites, un peu maladroites et parfois franchement débiles !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, je me mets à la place des gens, certains veulent être assez condescendant mais ne savent pas trop s'y prendre... Je peux pas trop leur en vouloir.
      Mais pour ceux qui ne se mettent pas du tout à la place et qui sortent des phrases blessantes, là, ça craint un peu du boudin ^^

      Supprimer
  2. Bel article !
    Les gens ne comprennent pas ce qu'engendre en nous cette perte, comme tu le dis si bien : "la peine n'est pas proportionnelle à la durée de la grossesse" et non nous n'avons pas perdu un foetus mais bien un enfant ! J'ai eu beaucoup de mal avec cela mais je pense qu'on ne peut vraiment le comprendre qu'en le vivant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi que le fait de le vivre de près ou de loin y joue beaucoup dans la compréhension de cet instant, comme toute expérience dans la vie après tout.

      Supprimer
  3. ce que t'as dit ton chef est remarquable et il a té intelligent sur ce coup mà! bravo à lui! Pour les autres phrases certaines sont terrible quand même, même pour ceux qui ne n'ont pas vécu ce genre de deuil, il y a des choses à ne pas dire!

    RépondreSupprimer
  4. On t'as réellement sorti toutes ces phrases ??
    C'est une honte pour certaines...
    Par contre ce que t'as dit ton patron je trouve ça bien, l'honnêteté ça fait du bien.
    Je n'ai pas vécu la même chose que toi mais une des phrases m'a fait pensé à un truc que j'ai vécu. Quand on te reproche de trop en parler. Ben moi on m'a reproché de trop parlé de ma maladie... sauf que si j'en parlais c'était parce que ça me faisait du bien d'extérioriser et que je pensais que les gens qui m'entourent voulaient être tenu au courant. Sauf qu'en fait ils ne veulent vraiment savoir que lorsque tu vas bien. Il préfèrent te voir sourire même quand ça va mal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et oui, les gens face au malheure des autres préfèrent très souvent la fuite ou faire l'autruche. Je ne pense pas qu'ils font ça pour faire mal ou parce qu'ils s'en foutent, je pense que l'on est pas tous capable de trouver les bons mots ou d'avoir les bons gestes réconfortants et que dans ces cas là, ils pensent que faire style "aller je te motive à avancer et tout ira bien" est la bonne solution.
      En tout cas cet épisode de ma vie m'a bien instruit sur tout ça.

      Supprimer

A bientôt