mercredi 27 juillet 2016

L'enfant interrompu De Chantal Haussaire-Niquet


S'il y a bien un livre que les services de diagnostic anténatal devraient recommander de lire avant une IMG, c'est ce livre.


Vous pouvez retrouver le descriptif de cet ouvrage ici. 

L'auteur raconte ici comment sa troisième grossesse a basculé, du jour au lendemain, alors qu'après une amniocentèse elle apprend que son petit bout est atteint de trisomie 18, une anomalie chromosomique incompatible avec la vie (un bébé naissant avec cette anomalie ne vit que quelques jours seulement).

Elle revient sur chacune des étapes importantes qui l'ont menée à se séparer de son petit garçon, son petit Jacques, que la vie n'a pas bien gâté. En allant vers l'IMG, elle passe par la peur, l'angoisse, la colère et l'incompréhension mais aussi la délivrance, l'optimisme, l'acceptation de cette situation afin de repartir dans la vie du bon pied. Certes, transformée, mais du bon pied.

C'était bon de lire quelqu'un qui comme moi, a éprouvé tant de culpabilité en réalisant ce geste, mais a su dépasser tout cela afin de continuer sa vie, continuer d'aimer sa famille.

Dans chacun de ces chapitres, dans chacune de ces pages, je me suis retrouvée, je me suis revue. De l'annonce qui résonne dans votre tête nuit et jour : "je suis désolée Madame, mais vos résultats ne sont pas bons" à la sortie de la maternité sans bébé, les bras et le ventre vident, les yeux pleins de larmes mais le coeur plein d'espoir qu'un jour meilleur arrive, je me suis revue pas à pas dans ces jours ci triste de ma vie.

Ce livre commence un peu à dater (1998) et entre l'accouchement de l'auteur et le mien, on sent l'évolution des démarches administratives et de l'accompagnement au deuil périnatal. Plus de questions de déclaration à l'état civil, plus de question concernant les obsèques... Tout est tellement simplifié aujourd'hui, tout est simplement à notre portée de mains, même si nos choix sur ces sujets sont compliqués dans de telles circonstances.

J'aime à penser que ces évolutions sont dues, entre autre, à des femmes comme elle qui ont su se battre et affirmer le besoin de reconnaissance de ces "tout-petit" disparus.
Par l'écriture de ces lettres à son petit, l'auteur à su se libérer, rebondir dans la vie après avoir vécu cette épreuve.

Quand j'observe le bien que lui a procurer l'écriture, je me dis que je devrais vraiment me mettre à rédiger des petites lettres à mon bébé L.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A bientôt